BITCOIN ET DARKNET, BRISONS LES IDÉES REÇUES

« Le bitcoin ? Oui c’est l’argent qui est utilisé sur le darknet pour acheter de la drogue et des armes. » Vous avez certainement déjà entendu ou peut-être même prononcé cette phrase. En 2019, le bitcoin fêtait ses 10 ans, l’occasion de revenir sur la sulfureuse réputation des cryptomonnaies trop souvent associée à tort aux activités illicites. Si vous faites partie de ceux qui pensent encore que le bitcoin est la monnaie du darknet, qu’il est utilisé pour financer les trafics de drogues et le terrorisme, cet article est fait pour vous.

Mais c’est quoi le Darknet ?

Pour commencer, il me semble important de consacrer quelques lignes au darknet. En effectuant quelques recherches, je me suis rendu compte que peu de personnes savaient réellement ce qu’était le darknet et que lui aussi souffrait d’une réputation un peu trop sévère. Il faut d’abord comprendre qu’il existe plusieurs darknet, on qualifie de darknet, un sous-espace d’internet dans lequel nous pouvons communiquer de manière anonyme. Le fonctionnement est relativement simple, au lieu de vous relier directement au service que vous souhaitez consulter, votre connexion passe par plusieurs intermédiaires dont le rôle est d’en cacher l’origine. Aujourd’hui, le plus célèbre des darknet est le réseau Tor qui a été développé par l’armée américaine au début des années 2000. En 2018, on estimait à seulement 3% les marchés noirs des diverses activités illicites sur ce réseau contre 97% de la bande passante utilisée pour aller sur le web ouvert pour surfer anonymement et échapper à la surveillance.

Les principaux utilisateurs du darknet sont souvent de grandes organisations de journalistes comme Wikileaks ou reporters sans frontière. Dans ce sens, le darknet est un outil permettant au lanceur d’alertes de s’exprimer, au journaliste de communiquer en territoire de guerre, de protéger leurs sources,…etc. Jean-Phillipe Rennard, docteur en économie y a d’ailleurs consacré un Ted très intéressant intitulé « Darknet, le grand malentendu ? ».

Le bitcoin est-il réellement utilisé sur le Darknet ?

“Bitcoin fut la monnaie du Darknet avant de conquérir la surface comme le dollar fut la monnaie des cowboys avant de gagner Wall Street.” [Haas Avocats]
Oui, le bitcoin est effectivement utilisé sur le darknet, mais ne vous méprenez pas, il l’est comme de nombreuses autres monnaies. Ce qui est intéressant, c’est de regarder la proportion de bitcoin en circulation qui y est utilisé. Début 2019, Chainalysis, une société d’analyse blockchain publiait un dossier intitulé “Crypto Crime Report” dans lequel elle consacrait une section au rapport entre la cryptomonnaie et le darknet.

Parmi les informations intéressantes de l’étude, on y retrouvait la part de bitcoins envoyé sur les darknets. Surprise générale, on constate que depuis 2015, moins de 1% des bitcoins en circulation sont envoyés sur le darknet. D’ailleurs, la part de bitcoin envoyé sur le darknet n’a dépassé les 2% qu’en 2012. En revanche, si la proportion de bitcoin reste faible, les montants eux sont importants, notamment en raison de la hausse des cours.

Attention, il est important de souligner que les bitcoins envoyés sur le darknet ne sont pas forcément utilisés pour répondre à des activités illégales. Comme nous l’avons vu précédemment, darknet ne veut pas obligatoirement dire fraude.

“La difficulté, ce sont les crypto-actifs anonymes” [Michelle Abraham, avocate d’affaires spécialiste sur la blockchain et les cryptomonnaies]

Si le bitcoin n’est finalement pas tant utilisé que ça sur les darknets, ce n’est pas le cas de toutes les cryptomonnaies. En effet, bitcoin est la cryptomonnaie la plus connue, mais il en existe de nombreuses autres chacune avec des rôles et des caractéristiques différentes. Parmi elles, on retrouve par exemple Monero et Zcash dont la principale caractéristique est l’anonymat. Ce genre de cryptomonnaie est très difficilement traçable et en fait une monnaie d’échange idéal pour les activités illicites.

Pourquoi ce n’est pas une bonne idée d’utiliser du bitcoin pour des activités illégales ?

Dans un premier temps bitcoin fut utiliser sur le Darknet par des personnes intéressées notamment par son anonymat, sa rapidité pour les transferts et les faibles coûts de transaction. Néanmoins, ils se sont rapidement compte que bitcoin était loin d’être la bonne solution pour rester cacher et qu’au contraire, en l’utilisant il laissait une trace indélébile de leur passage.

En effet, Bitcoin est une blockchain ouverte, c’est-à-dire que l’ensemble de ses transactions sont visibles et traçables. On dit que bitcoin n’est pas anonyme, mais pseudonyme.

Aujourd’hui, dans le cadre de la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, toutes les sociétés (sérieuses) œuvrant dans le monde de la cryptomonnaies, si elles ont un rôle avec l’investissement ou la vente de cryptomonnaies sont dans l’obligation de demander un KYC (know your customers) à l’ensemble de leurs clients. De cette manière, en cas de fraude, en remontant les transactions, il est relativement simple pour les autorités de remonter l’identité du fraudeur.

D’ailleurs, il est assez fréquent de voir des organismes complets démantelés par les forces de l’ordre grâce à la traçabilité du réseau bitcoin. En octobre dernier, les autorités américaines sont parvenues à faire fermer le plus gros site mondial de pédopornographie en suivant les transactions bitcoin.

«Grâce au traçage sophistiqué des transactions en Bitcoins, les agents spéciaux de l’IRS-CI ont été en mesure de déterminer l’emplacement du serveur Darknet, d’identifier l’administrateur du site Web et, en définitive, de localiser l’emplacement physique du serveur de site Web en Corée du Sud», a déclaré le chef de l’IRS-CI (Internal Revenue Service, Criminal Investigation).

Pour conclure, bien que le bitcoin soit effectivement utilisé sur le Darknet, nous nous rendons compte qu’il l’est en faible proportion, car ses caractéristiques ne sont pas compatibles avec ce qui est recherché par leurs utilisateurs. Le Bitcoin est loin d’être une monnaie anonyme et intraçable contrairement à ce qui a été dit pendant longtemps. À l’inverse, d’autres cryptomonnaies anonymes trouvent parfaitement leur place dans cet environnement.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *